C’est une histoire tragique qui aurait pu se terminer encore plus mal: mercredi dernier, une mère de famille toxicomane a tenter d noyer ses deux fils dans un fleuve. L’intervention d’un Pitbull a permis la survie d’un des deux garçons. Mais cet acte a failli coûter la mort du chien.

Buddy le pitbull

Buddy le pitbull

Cette mère de famille australienne venait de sortir de prison. Accro à la méthamphétamine, elle s’est rendue au domicile de ses parents afin d’y récupérer ses deux fils. Puis elle les a amené au bord du fleuve Murray afin de commettre l’irréparable…

Paniqué, le plus jeune des frères s’est mit à hurler, ce qui a attiré Buddy, un Pitbull qui habite non loin de là. Voyant la scène, le chien s’est précipité dans l’eau afin d’attraper l’aîné des garçons par le bras et de le tirer hors de l’eau.

Puis Buddy s’est retourné vers la mère pour l’attaquer.

Le plus jeune des deux garçons n’a malheureusement pas survécu à la folie meurtrière de sa mère.

Photo Sydney

Photo Sydney

L’aîné âgé de 9 ans est quant à lui sain et sauf grâce à l’intervention miraculeuse du Pitbull.

Un miracle qui a toutefois failli lui coûter la vie : en laissant la marque de ses crocs sur le corps de l’enfant, il a été considéré comme étant agressif, dangereux.

La police s’est donc emparée de lui le temps d’enquêter et de l’évaluer.

Photo Sydney

Photo Sydney

Pour ses maîtres, Buddy est plus qu’un chien : il est un membre de leur famille.

Pour défendre la cause de leur compagnon et expliquer son comportement, ils ont alors immédiatement ouvert une pétition. «Il a grandi avec des enfants toute sa vie et est le chien le plus doux au monde. Il a vu un enfant en détresse et a tenté de l’aider. Les chiens n’ont juste pas de mains comme nous les humains. Ils doivent utiliser leurs dents et, ce faisant, il a été dépeint comme ce chien ayant attaqué le jeune garçon», expliquent-ils.

Et après avoir récolté plus de 50 000 signatures, la pétition a été clôturée ce 6 mars en raison d’une heureuse nouvelle : le chien a finalement été innocenté par les forces de l’Ordre qui ont en effet estimé qu’il avait agi pour sauver et non pour agresser.

Un fait dont ne doutait pas le grand-père des jeunes garçons qui est lui-même le propriétaire de l’un de ces chiens : «c’est dans leur nature quand ils sont élevés avec les enfants !»

Aujourd’hui, avec sa femme, il n’a plus qu’un objectif : veiller sur son petit-fils.

La justice quant à elle rendra son verdict le 2 mai prochain.

Photo Sydney

Photo Sydney