En savoir plus sur la chenille processionnaire 

Véritable fléau de vos promenades en pleine nature, chaque année, la chenille processionnaire fait des ravages. 

Nous la croisons souvent les soirs d’été, sous sa forme « adulte », le papillon de nuit. Les chenilles processionnaires sont les larves de cet insecte bien connu. Aujourd’hui, nous allons nous intéresser à son stade larvaire. 

La femelle papillon pond ses œufs, sur les aiguilles d’un Pin ou les feuilles d’un chêne, et des petites chenilles apparaissent au printemps suivant (cinq à six semaines suivant la ponte desdits œufs). Les jeunes chenilles tissent un nid en se nourrissant de leurs arbres hôtes. Lorsqu’elles n’ont plus assez de nourriture, elles migrent sur le même arbre et refont un nid. Elles se déplacent toujours en colonie et sont donc parfois observables à l’œil nu. 

Au printemps, lors d’un stade de leur mutation, elles descendent des arbres pour s’enterrer sous terre (jusqu’à 20cm), dans un endroit bien ensoleillé, pour prolonger leur cycle biologique. Chaque chenille tissera par la suite un cocon dans lequel aura lieu la transformation finale en papillon. 

Cycle chenille processionnaire

Quels dangers pour nos animaux ? 

Elles paraissent inoffensives, mais représentent en réalité un réel danger pour nos compagnons. Les chenilles processionnaires sont recouvertes de poils qui peuvent provoquer une irritation tant chez l’Homme que chez l’animal. 

Le contact avec la chenille n’est pas nécessaire pour rencontrer un problème avec nos compagnons à 4 pattes. En effet, la dispersion de leurs poils dans l’air par le vent ou par nous-même (lors de la tonte de la pelouse ou par tentative d’éradication de la chenille) suffit à déclencher des symptômes, parfois très graves. Lorsque le poil se détache de l’animal, une substance urticante se libère. 

Ainsi, leurs minuscules poils contiennent un poison violent, la thaumétopoéïne, qui provoque chez l’animal une sévère inflammation, semblable à une réaction allergique. Cette piqûre entraîne ensuite de fortes démangeaisons, qui poussent l’animal à se lécher et se gratter pour se soulager. Malheureusement, cette solution répand les poils et fait naître d’autres réactions. 

On peut alors constater des œdèmes ou encore une salivation importante, due à l’infection de la langue. La langue du chien peut alors se nécroser, ce qui signifie que le sang ne peut plus circuler à ce niveau. Une partie de la langue peut alors tomber. Il peut y survenir de lourdes conséquences, parfois fatales. En effet, la nécrose de la langue peut laisser des lésions importantes empêchant l’animal de se nourrir tout seul. L’animal peut notamment être confronté à une détresse respiratoire, l’empêchant de respirer. 

Carte chenille processionnaire

Comment réagir ? 

Il n’existe encore malheureusement aucun traitement particulier pour traiter ce type d’infection. Le tout est d’agir rapidement ! 

Dès l’apparition des symptômes, il est impératif de porter des gants avant toute manipulation en contact avec votre animal, car vous pourriez vous-même contracter une allergie très urticante voire un choc anaphylactique pour les personnes allergiques. 

Ensuite, il est primordial de lui rincer abondamment la bouche avec de l’eau froide, environ de 10 à 15 minutes, pour réduire le gonflement. Il faut ensuite prendre rendez-vous au plus vite avec votre vétérinaire. Celui-ci pourra alors effectuer un nettoyage profond du chien, notamment de la langue, des oreilles et des yeux. De plus, l’animal se verra prescrire des anti-inflammatoires et antibiotiques si nécessaire. Il est d’autant plus conseillé d’effectuer un suivi drastique à la suite de ce type d’infection. 

Comment protéger nos animaux ?

Les nids sont largement reconnaissables par leurs énormes cocons de soie blanche. Pour prévenir ces piqûres et protéger nos animaux, le mieux est de se tenir loin de ces chenilles. Il faut donc éviter les balades en forêt, au printemps et dans les régions à risque. 

Pour le propriétaire de chiens, il n’est pas possible de se débarrasser des chenilles sur les lieux de promenade. En revanche, il faut y penser. Les chenilles sont très présentes en France. C’est un fléau qui se répète tous les ans. Sachez qu’une chenille peut se balader à plusieurs centaines de mètres de son arbre de naissance. 

Si le chien a accès à des nids de chenilles processionnaires depuis le jardin, ou à proximité, il est possible de couper et brûler les branches portant les nids, par exemple. Il est malgré tous conseillé de contacter la mairie ou les pompiers si on en aperçoit un. 

nids de chenille processionnaire

Ce qu’il faut retenir 

La lutte contre ces chenilles processionnaires est incessante. Les actions à mettre en œuvre dépendent du cycle de l’insecte et peuvent varier selon les régions et les conditions climatiques. Ces traitements sont donc à renouveler chaque année. 

Seule la prévention telle que l’observation de la nature peut réellement prévenir l’infection de votre animal et de vous-même. 

Les chiens sont particulièrement touchés par ce genre d’insecte, il est ainsi essentiel de contacter votre vétérinaire sans attendre, si votre animal a été en contact avec les poils urticants d’une chenille processionnaire, pour éviter ce type de mésaventure, qui peut aller, dans le pire des cas, jusqu’au décès de votre chien. 

Restez donc très vigilants tout au long du Printemps, tout particulièrement si vous passez vos vacances dans le sud du pays, mais pas seulement. Encouragée par le réchauffement climatique, l’invasion de la chenille processionnaire ne cesse hélas de s’étendre en France.