La leishmaniose est une maladie qui touche principalement le chien, mais qu’on retrouve chez d’autres espèces de mammifères telles que le chat, le renard, ou même l’Homme. Quelle que soit l’espèce touchée, cette maladie peut entraîner de lourdes conséquences, et dans le pire des cas, la mort. 
Attention, car cette maladie potentiellement mortelle est une zoonose, c’est-à-dire une maladie transmissible entre l’Homme et l’animal. La leishmaniose humaine est ainsi devenue une des priorités de l’OMS. D’autant plus que son expansion ne cesse de progresser en France, tout comme dans le reste de l’Europe.

Comment se transmet la maladie Leishmaniose ?

Définition

La Leishmaniose est une maladie vectorielle transmise par des insectes piqueurs ressemblant à des moustiques appelés les phlébotomes

Lors de la piqûre, ces insectes phlébotomes se nourrissent du sang du chien et peuvent transmettre des parasites dans l’organisme de l’animal, s’ils sont porteurs du parasite. Il existe différentes espèces de parasites responsables de la leishmaniose à travers le monde. En Europe, il s’agit de Leishmania Infantum.

Les leishmanies ainsi transmises se multiplient dans l’organisme, et peuvent se retrouver dans tous les organes de l’animal parasité : la peau, le foie ou la moelle osseuse par exemple. Le chien devient alors un réservoir pour la maladie.

Transmission

Un phlébotome porteur peut infecter n’importe quelle espèce de mammifère.

Mais sachez que celui-ci peut également être contaminé s’il se nourrit sur un animal malade. A priori, seul le chien peut contaminer les phlébotomes, et quelques autres espèces de canidés sauvages comme le renard ou encore le loup. A l’inverse, l’Homme ne peut pas transmettre le parasite. 

Il existe d’autres façons de transmettre la maladie. En effet, de nombreux cas ont démontré qu’une chienne en gestation pouvait transmettre la leishmaniose à ses petits pendant l’allaitement. La transmission peut également avoir lieu à la suite d’une morsure de chien malade. Si cela reste beaucoup moins courant, il reste important de le savoir.

Répartition géographique

Carte de répartition de la leishmaniose canine en France

Bien entendu, la répartition géographique de la leishmaniose dépend directement de la présence de phlébotomes dans l’environnement. 

On les retrouve généralement dans des endroits humides, avec très peu de vent, et une température allant de 18 et 22°C. Cela explique sa forte présence dans les 14 départements du sud de la France, qui regroupent tous ces critères.

Concernant leur mode de vie, ils préfèrent rester dans les coins sombres et humides la journée. Les fissures des murs ou les terriers de rongeurs semblent être l’endroit  idéal pour se cacher. C’est le soir où ils sont le plus actifs. 

Malheureusement, il est de plus en plus difficile de connaître précisément les zones à risques. Avec le réchauffement climatique, les phlébotomes ont la possibilité d’étendre leurs zones de vie vers le Nord. De plus, l’augmentation des déplacements, notamment en train, en avion ou encore en voiture, permettent la migration des phlébotomes sur de longues distances.

Quels sont les symptômes de la leishmaniose chez votre chien ?

Les symptômes de la leishmaniose peuvent varier selon l’individu. 

Certains chiens vont tout simplement éliminer le parasite naturellement. D’autres ne vont présenter aucun signe de la maladie. On dit qu’ils sont asymptomatiques. Et enfin, d’autres encore vont développer la maladie en présentant des symptômes plus ou moins graves selon l’animal.

Les symptômes de la leishmaniose vont mettre plus ou moins de temps à se développer mais en règle générale, son évolution est très lente. Pour vous faire une idée, les symptômes peuvent survenir jusqu’à 8 ans après la piqûre.  

Les symptômes possibles d’un chien atteint de leishmaniose :

  • Perte de poids progressive (aspect vieux chien) ;
  • Problèmes cutanés : lésions ulcératives (en forme de cratères) sur la peau à des endroits stratégiques (nez, oreilles, coussinets) ; l’abondance de pellicules sans démangeaisons ; la perte de poils ;
  • Une atteinte du système sanguin (anémie…) ;
  • Une atteinte des articulations à l’origine de boiterie ; 
  • Une atteinte des reins avec une insuffisance rénale grave à l’issue parfois fatale ; 
  • Les yeux rouges, douloureux et avec des écoulements ;
  • Le chien urine beaucoup et plus souvent ;

Si vous observez les signes suivants chez votre chien, contactez directement votre vétérinaire. Celui-ci pourra alors effectuer un test sanguin et des prélèvements de tissus. Aujourd’hui, il s’agit de la seule façon d’établir un diagnostic fiable.

A savoir
Il existe des inégalités raciales entre les chiens. Chez un chien infesté, certaines races présentent une réponse immunitaire qui leur procure une certaine résistance, le lévrier des Baléares par exemple. Au contraire du Boxer, chez qui la réponse immunitaire est inefficace.

Traitement de la leishmaniose : comment dépister, prévenir, traiter et vacciner son compagnon ?

La leishmaniose canine peut-être dépistée à l’aide d’une simple prise de sang, dès 3 semaines après l’infestation du chien.

Malheureusement, il n’existe toujours pas de traitement définitif de la leishmaniose chez le chien. Il est possible d’améliorer très notablement l’état des malades, mais, même si tous les signes de la maladie disparaissent, le chien reste porteur du parasite. C’est pourquoi un chien atteint de la leishmaniose doit être suivi par un vétérinaire toute sa vie.

Conseils Vétos
La plupart des chiens infectés mènent une vie normale, avec un traitement. Malgré tout, il arrive que certains chiens décèdent à la suite d’une atteinte rénale par exemple, et ceux même en présence d’un traitement. Dans le cas d’une atteinte rénale, la dialyse peut être une solution pour améliorer le confort et la prise en charge de la maladie (lien nephraix).

A savoir
Le chien peut rester porteur sain pendant plusieurs années, ce qui ne diminue pas le risque de transmission de la maladie.

Les traitements antiparasitaires externes

Le vaccin diminue les symptômes chez le chien mais n’empêche pas sa contamination. Il est donc indispensable d’avoir une bonne protection antiparasitaire externe.

Colliers antiparasitaires 

Facile et pratique d’utilisation, les colliers antiparasitaires sont efficaces quelques jours après la pose et protègent votre chien contre les phlébotomes jusqu’à 12 mois. Les colliers Seresto et Scalibor disponibles sur le marché sont connus pour être très efficaces. 

Pipettes antiparasitaires

Les pipettes antiparasitaires apportent une protection complète et plus efficace que le collier pour le chien et le chiot. A poser directement sur la peau du chien, elles restent actives entre 2 et 4 semaines en fonction du parasite. Nous vous recommandons les pipettes Advantix, qui ont un très bon rapport qualité/prix ainsi que les Vectra 3D.

Le vaccin contre la leishmaniose

La vaccination n’empêche pas l’infection du chien mais augmente sa résistance à la maladie en renforçant son immunité. Elle s’adresse aux chiens et aux chiots à partir de l’âge de 6 mois, et aux animaux se rendant fréquemment dans les régions à risque. 

Il est souhaitable de vermifuger le chien avant la vaccination. Attention, car elle ne doit pas être faite en même temps que les autres vaccins (délai de 2 semaines). Si votre chien doit aller dans une zone à risque, la vaccination doit donc commencer environ 2,5 mois avant son départ.

Néanmoins, la vaccination est possible seulement si l’animal est non infesté. Un dépistage sera alors nécessaire avant de procéder aux injections.

Si les analyses s’avèrent négatives, le vétérinaire pourra alors procéder à la première injection. La vaccination est ensuite répétée deux fois, avec trois semaines d’intervalles. Il sera nécessaire d’y retourner chaque année pour maintenir ses effets.

Tout comme les vaccins classiques, il se peut que l’animal rencontre des effets secondaires à la suite de ce vaccin : fièvre, gonflement autour de la zone piquée, rougeur, etc. Rassurez-vous, cela est tout à fait normal et les réactions sont temporaires.

A savoir
Une étude démontre que 93% des chiens vaccinés contre la leishmaniose ne présentent aucun symptôme. 

Et la leishmaniose chez le chat dans tout ça ?

La leishmaniose existe aussi chez le chat.

Jugée par le passé comme une maladie rare chez le chat, la leishmaniose féline pourrait être en fait assez fréquente dans les départements où la maladie est très présente.

Il semble que les formes cutanées (nodules, ulcérations, croûtes au niveau du nez, des oreilles, des paupières…) prédominent, mais le parasite peut également être à l’origine d’atteintes des organes internes.

Certains spécialistes considèrent que la leishmaniose féline est une maladie émergente en France, et qu’il faut y penser lorsqu’un chat vivant ou ayant voyagé en région à risque présente des problèmes de peau compatibles avec cette maladie.

Si vous avez des questions sur le dépistage, la prévention, le traitement ou la vaccination contre ce parasite et cette maladie, n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

Quels sont les risques pour l’Homme ?

  • Leishmania infantum, le parasite responsable de la leishmaniose chez le chien, est transmissible à l’Homme. La transmission se fait par l’intermédiaire d’un phlébotome, insecte piqueur, qui s’est préalablement contaminé en se nourrissant sur un chien malade.
  • Leishmania infantum est responsable chez l’Homme de la leishmaniose viscérale, provoquant fièvre, faiblesse, anémie, perte de poids, atteinte du foie et de la rate. L’issue de la maladie peut être mortelle. Il existe heureusement des traitements efficaces contre cette maladie chez l’Homme, et la plupart des patients traités guérissent définitivement.

La mise en place d’une protection efficace du chien est particulièrement intéressante dans le cadre d’une protection humaine car le chien vacciné serait moins porteur de leishmanies pour le phlébotome. Mieux les chiens seront protégés, moins la leishmaniose pourra se répandre.